Projet d'extension du port présenté par la SPAT

1.Description du projet

Remblai du récif de la pointe Hasti ou Bain des Dames de 26 Ha. Dragage des bassins de 143.000M3 de sable pour avoir -14m de profondeur.

2. Description du Projet

Le projet inclura des travaux de génie civil importants, comme: extension du brise‐lame,construction d’un nouveau quai (Môle C4), remblai, augmentation de la profondeur de quais existants, dragage etc. Le Tableau 2‐1 montre les principales composantes du Projet. La Figure 2‐1 montre la disposition du Projet.

2 - 1 Principales composantes du Projet

Composante Quantité
Extension du brise‐lames 345m
Construction du Môle C4 470m x 150m x -14m
Remblai du Récif de la pointe Hasti 26ha
Augmentation de la profondeur des quais C1,C2 et C3 -14m
Dragage des bassins. 143.000 m3
Construction d’une passerelle 200m
Enlèvement de bâtiments et pavement 3
Installation grues à conteneur sur quai
Installation de RTG Non décidé

N.B : ( Il faut enlever 143.000 m3 de sable pour avoir -14m de profondeur, alors que la Baie d’Ivondro a -20m de profondeur naturelle. )

Confirmation d’avance de l’érosion et accrétion des plages.

Quand on compare les photographies aériennes du passé, il est clair que le littoral a beaucoup changé. Les changements les plus évidents sont l’érosion au nord de la plage de la Pointe Tanio, et une accrétion graduelle vers le port. Ce changement du trait de côte est supposé être provoqué principalement par l’extension du brise‐lames du port (d’environ 230 m) en 1972‐1974; par interférence avec les processus naturels de la plage. Par conséquent, ce projet risque d’augmenter encore plus l’érosion/accrétion des plages, car le brise‐lames sera prolongé à 345 m. La Figure 3.1‐7 montre l’évolution du trait de côte en superposant le trait de côte ancien (1961) avec le trait de côte récent (Image Google Earth de 2007).

Trait de côte récent (2007) et ancien (1961) de la baie de Toamasina.

Zones de développement NON CREDIBLES présentées par la SPAT aux consultants de la JICA. (Page 49)

Avant la finalisation du plan de développement propose, des alternatives ont été examinées et analysées en terme de localisation et disposition des infrastructures.

Analyse des zones de développement potentielles

Initialement, cinq emplacements ont été identifiés comme zones de développement potentielles, nommées zones A, B, C, D et E. La Figure 4‐1 montre la localisation des ces cinq zones. La localisation la plus appropriée pour ce projet a été ensuite évaluée par une procédure de tri préliminaire, en tenant compte des principaux avantages et désavantages en terme de fonctionnement portuaire et d’impacts environnementaux. L’évaluation tenait uniquement compte des marchandises en conteneur. Le Tableau 4‐1 montre les résultats de cette procédure de tri.

Emplacement des cinq zones de développement potentielles

ρ: densité de l’eau de mer α: angle d’incidence des vagues tanβ: pente de plage H: hauteur de vague b: valueur au point de déferlement des vagues Les données d’entrée relatives aux vagues dérivent de l’étude par W.F. Baird & Associates (2006). La Figure 5.2‐10 montre le trait de côte simulé entre 1972 et 2007. Le brise‐lames était prolongé de 225 m pendant les 3 années entre 1972 et 1974. La ligne noire en pointillé représente le trait de côte établi à partir de l’image Google Earth image (année 2006). Le trait de côte simulé a été comparé avec ce trait de côte observé pour tester la validité de la simulation. Malgré des différences mineures, le trait de côte après 35 ans concordait plus ou moins bien avec le trait de côte de l’image Google Earth. Les résultats montrent que le trait de côte a avancé d’environ 80 m pendant les dernières 35 années. Le modèle reproduit bien également l’érosion au nord de la Pointe Tanio.

Trait de côte simulé entre 1972 et 2007.

Tableau 4‐1 Résultats de la procédure de tri (page 50)

Fonctionnement du port Fonctionnement du port Impact environnemental Impact environnemental Note globale Note globale
Zone Avantages Désavantages Naturel Social Opera. Environ.
A Espace suffisant pour le terre‐plein à conteneur

-Nécessite peut‐être des dragages initial et d’entretien

-Nécessite l’extension du brise‐lames, une nouvelle route d’accès et un nouveau chemin de fer

Dégradation possible de la qualité de l’eau et modification de la topographie côtière à cause de l’extension du brise‐lames Altération significative de l’occupation du sol actuel, à cause de la construction d’une nouvelle route d’accès et chemin de fer Non appropriée Impact majeur
E

-Ne nécessite pas de dragages d’entretien

-Profondeur suffisante pour les grands navires

-Les infrastructures existantes peuvent être utilisées

-Nécessite l’extension du brise‐lames

-Nécessite une zone alternative pour le terre‐plein à conteneurs

-Dégradation possible de la qualité de l’eau et modification de la topographie côtière à cause de l’extension du brise‐lames

- Remblai du platier du récif de la Pointe Hasti

- Perte de la Pointe Hasti comme zone de pêche Bon Impact mineur à modéré

Confirmation de l’érosion et de l’ensablement. ( page 94 et 109)

La Figure 5.2‐11 montre le trait de cote simulé après l’extension du brise‐lames de 345 m. Les principaux résultats sont donnés ci‐dessous:

-Le brise‐lames accélèrera l’érosion/accrétion en cours autour de la Baie de Toamasina. - Les plages au sud de la Pointe Tanio vont en général connaître une accrétion. Cette accrétion sera la plus significative autour de l’embouchure du Canal des Pangalanes (environ 90‐95 sur l’abscisse) ; la simulation prévoit pour cette zone une avancée approximative de 50 et 110 m, après 5 et 30 ans respectivement. Le taux d’accrétion près du port sera moins fort, mais l’avancée prédite atteint néanmoins environ 10 et 90 m, après 5 et 30 années respectivement. Ce taux d’accrétion est similaire au taux observé entre 1972 et 2007.

- Une érosion de la plage aura lieu dans les zones immédiatement au nord et au sud de laPointeTanio.L’érosion sera plus sévère au sud de la Pointe Tanio ; le recul prévu y est d’environ 40 m après 5 ans, mais la plage se rétablira progressivement après. La simulation prévoit que l’érosion au nord de la Pointe Tanio stoppe à environ 10 m. Dans une moindre mesure, les plages situées plus au nord seront également érodées.

Catégorie Impacts environnementaux Potentiels Importance Raison Mesures d’atténuation proposées.
Topographie côtière Impacts de l’extension du brise‐lames sur la topographie côtière Modéré (‐) L’extension du brise‐lames accélèrera de manière significative l’érosion/accrétion de plage existante autour de la baie de Toamasina. L’érosion aura lieu dans les zones immédiatement au nord et au sud de la Pointe Tanio. Cette érosion sera plus sévère au sud (approx. 40 m après 5 ans). L’accrétion sera la plus forte dans les zones au sud de la Pointe Tanio, autour de l’embouchure du Canal des Pangalanes Canal ; la plage avancera environ de 50 m après 5 ans. L’efficacité de trois mesures d’atténuation a été évaluée. Aucune de ces mesures ne stoppera complètement l’érosion/accrétion, et l’une d’elle sera relativement efficace d’après le modèle de prévision. Cependant, il est actuellement prématuré de prendre une décision définitive sur les mesures d’atténuation, car l’évolution de la topographie côtière après extension du brise‐lames est encore incertaine. Par conséquent, le promoteur continuera de suivre l’état d’érosion/accrétion de plage, et coopèrera avec les parties prenantes (pêcheurs, utilisateurs pour les loisirs) et les entités responsables pour trouver la solution la plus appropriée. - Suivi de l’érosion/accrétion de plage. - Coopération avec les parties prenantes (pêcheurs, utilisateurs pour les loisirs) et les entités responsables pour trouver la solution la plus appropriée.
Déchets Impacts des déchets générés par les activités portuaires Pas d’impact Aucun impact n’est attendu si tous les déchets sont gérés selon les méthodes de gestion des déchets proposées Déchets des navires entrants 􀁹 Le port ne collectera pas les effluents domestiques et eaux vannes des navires. Les navires doivent être conformes aux régulations de MARPOL. domestiques seront collectés et mis en décharge sur un site de décharge local.

Conclusion (EIE page 97 )

D’après les prédictions, l’extension du brise‐lames accélèrera de manière significative l’érosion/accrétion de plage existante autour de la Baie de Toamasina. Les conséquences négatives possibles de l’érosion incluent:

- L’effondrement du boulevard littoral (Boulevard Ratsimilaho) au sud de la Pointe Tanio;

- Perte de zone d’accostage pour les bateaux de pêche.

Les conséquences négatives possibles de l’accrétion incluent:

- Des dragages plus fréquents dans le port;

- Déviation ou blocage de l’embouchure du Canal des Pangalanes.

Pour minimiser l’érosion/accrétion, trois options ont été considérées. Bien qu’aucune d’entre elle ne stoppe complètement l’érosion/accrétion, l’option 3 (construction d’une jetée en L à la Pointe Tanio et deux jetées au niveau de la plage du port) semble être l’option la plus effective, car cette option diminuera la sévérité de l’érosion et accrétion. De plus, le trait de côte se stabilisera après une période relativement courte.